Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : blog pour la mémoire de l'autodrome
  • blog pour la mémoire de l'autodrome
  • : Sauvegarde de la mémoire de l'autodrome de Linas Montlhéry
  • Contact

Recherche

Texte libre

22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 09:05


livre-letailleur-1.jpg

Livre à découvrir :
"Les Champions des méandres de la Seine"
par Jean-Marie Letailleur

Présentation :

Un siècle de cyclisme au Sud de Paris, c'est une abondance de faits, un foisonnement d'évènements. 

En 100 ans, que de Champions auront gravi cette fameuse côte Lapize sur le mythique autodrome de Montlhéry avant d'en savourer la victoire. Ce haut-lieu de l'automobile situé sur le plateau de Sainte-Europe est sans contexte possible le quartier général des épreuves cycliste de l'Ile-de-France et ceci depuis 1928.

L'ouvrage n'a pas la prétention de retracer toute l'histoire du cyclisme au Sud de Paris en détail, il y faudrait plusieurs volumes, toutefois avec le plus d'investigations possibles, en ayant compulsé un grand nombre d'archives, les lecteurs trouveront brossés, çà et là, des visages connus et inconnus qui, je n'en doute pas, rappelleront des souvenirs bien ancrés dans les mémoires des purs et durs du vélo.
Forcément, des critères ont été retenus pour clarifier le peloton des participants et c'est ainsi que vous y trouverez tous les champions des méandres de la Seine. Ceux qui y sont nés, ceux qui ont porté les couleurs des Clubs de la Seine-et-Marne, de l'Essonne et des Yvelines. Enfin, ceux qui y résident. Des "Seigneurs" comme Toto Grassin, René Pottier, Henri Lemoine, les frères Guyot, Régis Ovion, Laurent Fignon, côtoient tous ceux à qui il a été possible de rendre hommage, et tant d'autres qui ont révélé une volonté farouche et une énergie sans borne avant d'obtenir un brin de gloire, sans oublier les espoirs aux qualités déjà constatées.

J'ai pris beaucoup de plaisir à rassembler ces documents, à rencontrer ces sportifs aux caractéristiques diversifiées et vous invite à coller au peloton de ces athlètes qui ont fasciné ma jeunesse.

Puisse, cet humble ouvrage, faire connaître davantage les champions qui ont suscité aussi chez vous une gaieté tant redemandée.

PRIX DE VENTE : 30 € 

Pour commander :
Contactez directement l'auteur au : 01 64 99 57 96, le soir après 20h00.
Jean-Marie Letailleur
1 rue du Camard
91720 - Maisse
France

Repost 0
Published by P. Pannetier - dans Velo
commenter cet article
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 20:26
22-SEPT-1931-petit.jpgMatch l'Intran 22 septembre 1931 (article d'époque)
 
L'autodrome de Montlhéry recevait dimanche les cyclistes et les motocyclistes. Parce que les motocyclistes disputaient les premiers leurs championnats de France, il nous fallut attendre le départ des cyclistes et le Critérium des Comingmen se termina assez tard. Pourtant, les concurrents avaient fait diligence, malgré un vent assez sérieux, malgré aussi quelques erreurs dans les services d'entraînement. Leurs camarades des clubs qui les entraînent ne sont pas très habitués à ce travail et comme les groupes comptaient parfois une centaine d'unités, il en résulta quelques cafouillages d'abord et d'assez nombreuses chutes ensuite. Aux dires d'ambulanciers, jamais pareille tâche n'avait été imposée à l'ambulance. On pansa une trentaine de jeunes petits gars qui s'en tirèrent tous à très bon compte et qui étaient un peu fiers peut-être de pouvoir se montrer avec des pansements impressionnants. « C'est le métier qui rentre », comme disait l'un d’eux.
 
Sur trente concurrents partis, il en restait neuf en course - nous voulons dire par là, capables de prendre part à l'arrivée - au dernier tour, et la course se termina au sprint.
 
Elle est fort intéressante, cette épreuve, et Paris-Sportif, qui l'organise depuis quelques années, a eu une excellente idée en réunissant celui qui doit être le meilleur coureur de chaque club dans une épreuve assez dure et avec l'entraînement de camarades qui font parfois mal parce qu'ils veulent faire trop bien. On a trouvé là un moyen de développer cet esprit de club si important dans les compétitions routières de l'année. On l'a vu du reste, par les résultats obtenus par certain club chez lequel cet esprit est plus puissamment développé que chez d'autres, parce qu'il est la résultante d'une vie que l'on peut dire familiale.
 
9--me-crit--rium-petit.jpg
Il est fort possible d'ailleurs que si pour une raison quelconque - et il en est de nombreuses - les courses sur route du dimanche, voyaient l'arrivée d'un veto qui interdirait la route aux cyclistes dans le cas de compétition, l'autodrome serait là qui permettrait de courir moins d'épreuves peut-être, mais de fort intéressantes cependant, si on voulait bien se donner la peine d'en étudier les formules.
 
Nous croyons bien que les épreuves disputées sur la piste routière de Montlhéry, parce qu'elles exigent un effort constant, sont de nature à mettre en vedette les moyens certains que possèdent quelques coureurs qui ne savent pas toujours les utiliser sur la route.
 
C'est Lucien Weiss, des Halles Sportives, qui a gagné très nettement au sprint devant Caudal, de l'A.C.B.B., et Noret du C.S.I. Il a gagné avec une telle facilité que l'on doit voir en lui un coureur capable de remporter des victoires plus importantes. Il a gagné sagement, ne commençant son effort qu'à la mi-course et c'est peut-être l'empressement mis par Peuziat et Noret à faire en tête les premiers passages qui les a privés de ressources à l'arrivée.
 
Aucun des concurrents n'a tenté de s'échapper. Il faut reconnaître que l'échappade est difficile lorsque les entraîneurs ne sont pas particulièrement dressés à leur besogne spéciale. On aurait pu penser toutefois que Noret et Peuziat, qui paraissaient encore au septième passage, posséder des ressources suffisantes, joueraient leur chance, dans le dernier tour de la piste routière. Ils n'ont pas osé.
 9--me-crit--rium-petit-1.jpg
Une dizaine de concurrents ont été mis hors course par des chutes ou des crevaisons. Une dizaine d'autres ne pouvaient avoir de prétentions et devaient s'en rendre compte dès les premiers tours. Il est donc resté un tiers des partants pouvant terminer la course honorablement.
           
La moyenne, dépassant 38 kilomètres à l'heure, est en somme excellente si l'on tient compte des conditions atmosphériques peu favorables. On a fait mieux mais par des temps meilleurs. A-t-on vu dans cette épreuve quelques coureurs ayant la classe d'un Choury, d'un Brossy ou d'un Peix ? C'est ce que l'avenir nous dira. Convenons d'ailleurs que des trois noms que nous venons de citer et qui sont ceux de coureurs ayant gagné le critérium des Comingmen sont portés par des pistars qui ont compris assez rapidement que la piste présentait sous bien des rapports beaucoup plus d'intérêt que la route. C'est pour cela que nous ne pensions pas que le lot de nos As de la route pourrait s'augmenter de quelques-unes des unités terminant en bonne place ce critérium des Comingmen qui avait rassemblé sur l'autodrome de Montlhéry quelque 5000 spectateurs. C'est un beau résultat et qui dit, une fois de plus, combien le sport cycliste est populaire.
 
René Bierre

9--me-crit--rium-petit-3.jpg
 
Repost 0
Published by P. Pannetier - dans Velo
commenter cet article