Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : blog pour la mémoire de l'autodrome
  • blog pour la mémoire de l'autodrome
  • : Sauvegarde de la mémoire de l'autodrome de Linas Montlhéry
  • Contact

Recherche

Texte libre

19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 17:48
Dans le Journal Aéro qui sera une dizaine d'années plus tard à l'origine de l'autodrome, juste avant la guerre en 1913 est publié une série d'article relatant les courriers des lecteurs au sujet d'un projet d'autodrome pour la France.

Voici un peu comme à l'époque cette série d'article une fois par semaine à près d'un siècle d'écart. Ces réflexions nous permettent de mieux comprendre le contexte et les idées de l'époque.

Les autres articles de cette série :


Journal Aéro du 4 septembre 1913

La question de l'Autodrome

NOTRE REFERENDUM 

Les lettres continuent d'affluer et l'unanimité‚ de ses opinions  pour, s'affirme tous les jours.
Le courrier d'hier nous a apporté‚ une lettre de M. A. d'Avarav, - le sportsman  bien connus. qui tant de fois a manié le macaron avec la maestria que l'on sait. 

Monsieur, 
Mais, naturellement, un autodrome s'impose, et la seule chose qui puisse étonner c'est qu'en France nous soyons encore a en attendre un.

A tous les points de vue, il me parait indispensable. D'abord, regardons le côté‚ commercial. IL me semble qu'une piste permettrait d'essayer librement et à fond des chassis jusqu'ici on n'impose en général qu'une petite promenade aux environs de Paris pour voir si tout va bien ! Les essais qu'on demande aux chassis en France n'arrivent pas, en  général, à la cheville de ceux imposés en Angleterre et pour cause. Et celui qui bénéficierait de cette mise, au point, plus avancée, voulez-vous me le dire, ce n'est pas notre industrie elle-même et les acheteurs qui lui font confiance. 

Ensuite, si pour envisager la question : courses, il me semble que poser la question est la résoudre. Trop de morts sont déjà venus attrister les essais des voitures de courses. On ne peut, d'outre part raisonnablement demander à ceux qui, après tout, ont droit à l'usage‚ des routes de se calfeutrer chez eux pendant les évolutions des voitures à grandes vitesses. Donc, encore et toujours, autodrome.  
Pour prendre, il faudrait que l'autodrome soit situé dans un rayon de 40 kilomètres de Paris, au grand maximum. On y courrait publiquement comme on le fait à Brooklands 
Et je suis persuadé que constructeurs, coureurs et public y trouveraient leur compte. Plus d'autorisations préfectorales à demander, plus de troupes à mobiliser, plus de cloturage, plus de tribunes à construire et à dèmolir le lendemain, etc. 
Reste maintenant, la grosse question. Qui attachera le sillot Officiellement, car jusqu'à présent on s'est borné‚ à bavarder ? Qui ouvrira la souscription, si souscription il y a qui montera l'affaire, si affaire il y a ? Mais qu'au moins nous ne donnions pas plus longtemps le spectacle incohérent d'être la première industrie au monde, d'Europe et d'être les derniers à avoir, les moyens de perfectionner cette industrie. 
Voilà mon opinion sur la question.
Bien à vous,
d'AVARAV
_______________________________________
M. Fernand Charron est, lui aussi, d'avis que faire l'autodrome est indispensable au bon développement de l'industrie automobile en France. Il nous écrit :
Monsieur, 
J'ai l'honneur de vous informer qu'il est, en effet, de toute nécessité qu'un autodrome soit créé dans le plus bref délai, car nous avons des difficultés sans nombre et des contraventions de toutes natures et à tous moments. De plus, certaines municipalités ont même eu l'audace de nous adresser à pluslieur reprises des demandes de dommages, et intérets, pour l'usure des routes, produite par nos. voitures de services et nos voilures d'essais, comme si les impots auxquels nous sommes soumis n'étaient pas suflisamment lourds. 
D'un autre côté, je pense, qu'il est nécessaire que l'aulodrome soit situé à proximité de Paris, s'il est pas distant de 25 à 30 kilometres, j'ai bien peur que son succès soit éphémère. En tous les cas, je vous féliciterai sincèrement  de prendre cette question en main d'une façon active.
Veuillez agréer,
F. CHARRON,
Administrateur délégué de la Société des Automobiles Alda.

_______________________________________
Aux automobiles La Buire on vote aussi pour l'autodrome. Voici ce que nous écrit le directeur général de cette societé : 
En tant que constructeurs, noués sommes absolument partisans de la création d'autodromes qui nous permettraient d'effectuer les essais de nos chassis sans dangers pour les tiers, ou de fortes contravensions pour excès de vitesse.
Nous espérons que des initiatives s'éveilleront et jalliront dans tous les centres de construction de projets avantageux.
Nous regrettons de ne pouvoir vous fixer des détails précis suivant lesquels ces autodromes devront être créés, n'ayant pas encore étudié cette question.
Veuillez agréer,
Ee (pas lisible)
Directeur Général, des Automobiles La Buire.

En somme, tous sont unanimes pour réclamer un autodrome. Souhaitons qu'on
leur donne promptement satisfaction,
R. DESMOS,

Partager cet article

Repost 0
Published by Automobi - dans Témoignages
commenter cet article

commentaires