Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : blog pour la mémoire de l'autodrome
  • blog pour la mémoire de l'autodrome
  • : Sauvegarde de la mémoire de l'autodrome de Linas Montlhéry
  • Contact

Recherche

Texte libre

1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 17:55
Dans le Journal Aéro qui sera une dizaine d'années plus tard à l'origine de l'autodrome, juste avant la guerre en 1913 est publié une série d'article relatant les courriers des lecteurs au sujet d'un projet d'autodrome pour la France.

Voici un peu comme à l'époque cette série d'article une fois par semaine à près d'un siècle d'écart. Ces réflexions nous permettent de mieux comprendre le contexte et les idées de l'époque.

Les autres articles de cette série :



Journal Aéro du 3 septembre 1913

La question de l'Autodrome

NOTRE REFERENDUM 
LA REPONSE DE DELAGE

Nous avons reçu hier l'avis trés autorise de M. Delage, le grand constructeur qui vient de faire remporter à l'industrie française la grande bataille du Mans.

Il nous écrit : 

Cher monsieur, 
Certe, je suis partisan de l'autodrome et cela très ardemment. 

A la vitesse a laquelle vont maintenant les  voitures de course et dans l'état que sont les dites routes, il nous devient presque impossible d'en faire des essais réguliers. D'autre part, avec tous les aléas que compte la circulation, nous vivons pendant ces essais dans des transes continuelles a coté‚ desquelles, je vous assure, les émotions de la course ne sont rien.
 
Quant à la forme qu'il devra avoir, je ne suis point trop partisan de la solution Brooklands qui est trop une piste ; je préférerais de beaucoup une route tracée dans un imense terrain présentant des parties un peu mauvaises, raboteuses, quelques caniveaux assez prononcés, des virages dont quelques-uns très accentués. Je ne vois guére la nécessité‚ d'y envisager une côte. Pour que celle-ci soit intessante pour les voilures de course de maintenant il lui faudrait une telle longueur que la réalisation de l'autodrome pouvant, la contenir serait bien difficile.
D'ailleurs, nous n'en sommes plus ni les uns ni les autres, je crois, a essayer la robustesse de nos changements de vitesse. 
Une route ordinaire, mais de tracés variés, connue je vous l'ai dit plus haut, nous obligeant a des débrayages, des variations, d'allure, des reprises fréquentes, ferait, j'en ai la conviction, très bien l'affaire.  Elle permettra d'atteindre les plus grandes vitesses et le moteur et tout le mécanisme seront soumis au plus grand travail possible, surtout si cette route n'est pas, volontairement, en parfait état sur toute sa longueur. 

Je lui vois un développement d'au moins 6 km, avec une belle ligne droite en palier rigoureux, de 2 kilomètres permettant de chronométrer en son milieu le kilomètre lancé.
Et, pour terminer, tous nos voeux pour la prompte réalisation de cette, idée. 
Bien cordialement a vous, 
LOUIS DELAGE
L'opinion du grand constructeur est on ne peut plus catégorique, et il est à souhaiter  que ceux qui pensent a réaliser l'autodrome français prennent bonne note des désiderata d'un homme qui a montré‚ qu'il a la pratique des courses et des essais au plus haut point.

R. DESMONS  

Partager cet article

Repost 0
Published by Automobi - dans Histoire
commenter cet article

commentaires