Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : blog pour la mémoire de l'autodrome
  • blog pour la mémoire de l'autodrome
  • : Sauvegarde de la mémoire de l'autodrome de Linas Montlhéry
  • Contact

Recherche

Texte libre

3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 22:12


La Salévienne vous convie à un déjeuner conférence  (ouvert à tous)
ce prochain  samedi 16 mai 2009.


Vous aurez le plaisir d’écouter Jean-Pierre LOMBARD, 
membre de La Salévienne, rendre hommage à un grand sportif savoyard :

 

Henri OREILLER (1925-1962)

Champion Olympique de Ski (1948)

Champion de France Tourisme des Rallyes Auto (1959)

 



« La Mémoire d’Henri OREILLER est imparfaite, selon les lieux et l’âge des gens : les plus âgés d’entre nous se souviennent du coup d’éclat réalisé par le jeune OREILLER, enfant de Val d’Isère aux premiers Jeux Olympiques d’Hiver organisés après la Guerre , à Saint-Moritz en Suisse, en février 1948

Deux médailles d’or, dont celle de l’épreuve reine, la descente : c’est la première fois qu’un skieur français parvient sur la première marche du podium ! Il faudra attendre 1968 et les J.O. de Grenoble pour que Jean-Claude Killy fasse mieux (trois médailles or).

OREILLER a eu une autre passion, moins bien connue du public : la course automobile. Il l’a vécue avec autant de fougue et de succès que ses exploits en ski, mais elle devait lui coûter la vie sur l'Autodrome, trop tôt, à l'âge de 37 ans.

A ceux qui l’ont connu, Henri a laissé le souvenir d’un homme actif, gai, sociable, fantaisiste, mais travailleur méthodique.

Aujourd’hui, il gagne à être découvert et reconnu à la place qu’il mérite : Val d’Isère et les jeunes générations de champions qui l’ont suivi lui doivent beaucoup. Plus largement la Savoie du ski devrait lui être reconnaissante. »

 

Rendez-vous donc le samedi 16 mai 2009 à 12 h 30 au « Les Noces de Jeannette », 14 rue Favart dans le 9e arrondissement, à deux pas du métro Richelieu-Drouot.

Le prix de la salle et du repas (avec apéritif, vin et café) sera de l'ordre de 35 euros par personne, payable sur place.

Venez nombreux. Invitez vos amis et informez-nous de votre venue - et de celle de vos invités éventuels - avant le 9 mai.


Vous pouvez vous inscrire auprès de Jean-Pierre Lombard :
lombard_jp@orange.fr ,01 45 88 73 40, 53 rue de l’Amiral Mouchez  75 013 Paris


 

Plan  de  Conférence  Henri  OREILLER

                      1925 - 1962

                  «  ça passe ou  ça casse  «

 

 

Introduction

 

1 /  OREILLER et sa famille.

 

2/   OREILLER dans l’Histoire de Val d’ Isère 

    

  Les 3 grands moments dans le développement de la station depuis 193O

 

3// OREILLER dans l’Histoire du Sport Français

 

     31 . Le ski   ( 1944 à 1952 )

    

 32 .L’automobile  (1957 à 1962)

 

4 / OREILLER,un patriote, un fantaisiste,un artiste,unentreprenant.

 

5. L’Héritage d’Henri OREILLER

 

La Salévienne est une association d’Histoire savoyarde, basée à St Julien en

Genevois (74), prés du Mont Salève.

 

 Un extrait de l'intervention :

 

                  OREILLER  RALLYEMAN A VAL D’ISERE EN  195O

 

19 et 20 Aout 1950 , deux compères de Tarentaise partagent leur passion de l’Automobile en participant au Rallye de l’Iseran ,rallye automobile local organisé par l’A.C.S. (Automobile Club de Savoie). Marcel GELLON,ancien mécanicien de  marine,devenu le gérant de la cantine du chantier du barrage de Tignes,33 ans, s’est adjoint un jeune équipier,célèbre depuis deux ans , Henri OREILLER ,25 ans, champion olympique de ski depuis février 1948.

La voiture appartient à Marcel GELLON.C’ est une antique mais respectable TALBOT type 12O, appartenant à cette grande et noble famille des voitures classiques d’avant guerre : Bugatti,Delage, Delahaye (Marcel GELLON en possédera une)…le haut de gamme.

La voiture  a  un moteur 6 cylindres et affiche une cylindrée supérieure à deux litres.

Comme d’usage courrant à cette époque pour ce type de voiture,elle  a la conduite à droite.

C’est un modèle décapotable, dont la forme de carrosserie, le dessin des ailes et le volume des phares trahie son âge et sa date de naissance : une bonne quinzaine d’année, soit une date de sortie d’usine vers 1935.

Il faut savoir qu’en 195O, cinq ans après la guerre,il y a encore pénurie d’automobiles : le délai pour obtenir une voiture neuve est souvent de l’ordre de deux ans. Aussi dans les compétitions automobiles de l’immédiat après guerre, on voit souvent des « grand-mères » automobiles cotoyer des jeunes voitures juste sorties des chaines de fabrication.

Face aux Porsche et autres Jaguar, commençant à envahir les courses automobiles en France,la vénérable Talbot était handicapée par son poids et une tenue de route moins veloce. Qui plus est,dans l’épreuve chronométrée du col de l’Iseran,elle connaît des ennuis de carburation dus à l’altitude et que la technique de l’époque maitrise mal.C’est sur 4 cylindres (sur les  6 que compte le moteur ) que la voiture parviendra à monter .

Ceci n’empéchera pas l’équipage GELLON OREILLER de terminer 3° de sa catégorie,et de figurer ainsi au palmarès de la célèbre Ecurie Noire ,basée à  Lyon, et dont GELLON et OREILLER   sont licenciés.

Marcel GELLON restera un amoureux des belles voitures, mais ne continuera  pas dans la voie de la compétition

Henri OREILLER avait déjà participé à un rallye,l »année précédente (1949) avec le chambérien André GUILHAUDIN , sur une voiture plus moderne et plus légère une DB Panhard. Quelques années après sa fin de carrière de ski, à partir de 1957, il amorce une carrière promèteuse de pilote automobile, sur Alfa Roméo puis Ferrari, interrompue tragiquement par un accident en couse sur le circuit de Montlhéry le 7 octobre 1962,à 37 ans.

Rare sont les sportifs ayant cumulé à un haut niveau une carrière de skieur et une carrière de pilote automobile.

Il faudra attendre un Luc ALPHAND pour trouver un exemple comparable.

Il est vrai que les deux disciplines sont des disciplines de vitesse, faisant appel aux mêmes qualités d’anticipation, de sang froid  et de grands réflexes.

Jean-Pierre Lombard   lombard_jp@orange.fr

 

Remerciements à Gilbert GELLON, fils de Marcel, qui  par la communication de ses

documents  et informations a permis cette brève évocation des débuts automobiles d’un grand champion savoyard.

 

Jeudi 5 Février à 15h30 (accueil à partir de 15h), une conférence sur Henri OREILLER sera donnée au Cinéma VAL1/VAL2 de Val d’Isère , par Jean-Pierre Lombard, historien .

                                                            

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LOMBARD - dans Témoignages
commenter cet article

commentaires