Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : blog pour la mémoire de l'autodrome
  • blog pour la mémoire de l'autodrome
  • : Sauvegarde de la mémoire de l'autodrome de Linas Montlhéry
  • Contact

Recherche

Texte libre

11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 15:40
Exposition organisé par Musée National du Sport, 93 avenue de France, 75013, Paris., tel : 01.45.83.83.27


Découverte de l’univers fantastique des pionniers du volant. Présentation de deux véhicules emblématiques, la “Jamais Contente”, première auto à franchir les 100 km/h, et la Bugatti type 59/50B qui a remporté la première course d’après-guerre. Sélection de jouets anciens, de voitures à pédales et de bolides adaptés aux jeunes pilotes. Affiches, dessins, sculptures et dessin sur le thème de la vitesse.



http://www.museedusport.fr/accueil.php

Tarif(s) d'entrée : 4 euros (2 euros tarif réduit). Gratuit le premier dimanche du mois. Horaires :
Du mardi au vendredi de 10h à 18h. Samedi et dimanche de 13h à 18h. Jours fériés de 14h à 18h.


 Une exposition du Musée National du Sport, du 7 avril au 21 septembre 2009


Atelier et visite guidée adulte, enfant.


Pour la première fois depuis 40 ans, une exposition est organisée à Paris sur le thème de la course automobile. A cette occasion, le Musée National du Sport présente deux véhicules emblématiques : la « Jamais Contente » de Camille Jenatzy, qui franchit pour la première fois le mur des 100 km/h en 1899, et la Bugatti type 59/50B pilotée par le champion automobile Jean­Pierre Wimille, qui remporta en 1945 la Coupe des Prisonniers, première course organisée après­guerre.

Autour de ces deux figures de proue, le Musée National du Sport propose aux visiteurs de découvrir l’univers fantastique des pionniers du volant. Avec la « Jamais Contente », le mythe de la vitesse s’incarne dans des véhicules automobiles porteurs de tous les rêves de progrès et d’innovation. Camille Jenatzy est l’exemple typique du sportsman et emporte dans sa drôle de machine électrique les désirs de vitesse puisés aux sources romanesques du baron de Münchhausen, ou de Phileas Fogg et de son tour du monde en 80 jours.

Pour les artistes, la représentation de la vitesse s’avère être un véritable défi. Chacun à leur façon, et suivant leur sensibilité propre, qu’ils se nomment Gino Sévérini, Gustave Miklos, ou Géo Ham, ils s’attachent au travers d’affiches, de dessins, de peintures, ou encore de sculptures, à transposer le dynamisme de ces bolides fendant l’air. L’automobile procure des sensations de liberté voire de dépassement de soi qui nous fait rentrer de plein pied dans la modernité,  source inépuisable d’ins­piration artistique.

Jean­Pierre Wimille s’inscrit dans la lignée des héros modernes qui, tel Jean Mermoz, fascine et envoute le grand public. Il est l’une des incarnations des hommes de la vitesse, qui se doivent d’être valeureux, intrépides et séducteurs. Il n’en reste pas moins un héros de la résistance, fauché en pleine gloire, en janvier 1949, au détour d’un virage du circuit de Palermo près de Buenos Aires en Argentine.


Enfin, la course automobile fait rêver grands et petits. Une sélection de jouets anciens, de voitures à pédales et autres bolides adaptés aux jeunes pilotes nous permet d’aborder le thème des enfants de la vitesse.

En complément des collections du Musée National du Sport et de certains collectionneurs ou structures privées, sont présentés des objets ou véhicules prêtés exceptionnellement par le Musée de la voiture et du tourisme de Compiègne ou par la Cité de l’automobile de Mulhouse.

Partager cet article

Repost 0
Published by P. Pannetier - dans Meeting
commenter cet article

commentaires