Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : blog pour la mémoire de l'autodrome
  • blog pour la mémoire de l'autodrome
  • : Sauvegarde de la mémoire de l'autodrome de Linas Montlhéry
  • Contact

Recherche

Texte libre

7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 21:29

Ce rapport commandé par Francine Mariani-Ducray, directrice des Musées de France, en 2007 à Rodolphe Rapetti, conservateur général du patrimoine, adjoint au Directeur des Musées de France, est consultable en ligne sur le site internet du Ministère de la Culture.

http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/lemuseesauto.pdf

Cette étude est très complète, elle offre un regard extérieur sur les problèmes urgents concernant l'automobile ancienne (au sens large autos, motos, camions). Enfin un vrai regard sur le patrimoine automobile, juste, sans tabous, ni politique. Un peu comme ces artistes que l'on encense après leur mort dans la misère, cette analyse tire un portrait d'une culture automobile en voie de disparition. C'est une bouffé d'air pure et une certaine reconnaissance pour tous les bénévoles qui portent la sauvegarde de l'automobile à bout de bras.

Pour la partie Archive, je pense que le monde change et que l'aspect virtuelle et nouvelle technologie pour l'accès à ces types de documents, permet  d'inventer, une distribution nouvelle de la connaissance. Un cendre d'archivage peut être situé loin des centres et alimenter des lieus de recherches ou les musées, voir directement les chercheurs, via le web.   Ainsi ce centre pourrait simplement organiser des conférences pour les chercheurs et  se consacrer à la recherche en son sein, pour produire ou aider à la production de publications, et réaliser des expositions temporaires grand publique dans des lieux prestigieux. Moins coûteux et bien plus efficace, il faut imaginer le futur.

Les solutions proposées pour le musée de Compiègne sont de notre point de vue temporaires et à cours terme, il faudra trouver un lieu dédié à cette collection unique.

Il y a beaucoup à apprendre par exemple de Beaulieu en Angleterre, qui allie l'auto, la route et des archives fabuleuses au service des chercheurs. Mais en France il faudra encore beaucoup d'efforts de communication pour faire passer le message « sauvegardons notre culture automobile ! ».

Espérons enfin que le patrimoine routier et sa culture puisse trouver lui aussi sa place, dans les plans de sauvegarde, qui seront mis en place dans le futur.

Voici les conclusions qui nous ont le plus intéressées (pour le reste je vous invite à lire l'étude complète) :


- Une association plus étroite entre le Ministère de la Culture et le monde du patrimoine automobile apparaît très souhaitable, notamment dans l'organisation d'événements auxquels il est possible, par l'adjonction du savoir-faire propre à notre ministère, de donner plus d'écho et de substance. Nous pensons en particulier aux Journées du Patrimoine, auxquelles prennent part chaque année la FFVE et de nombreuses associations d'amateurs de véhicules anciens. Il est possible de créer sur certains sites un accompagnement didactique spécifique, en s'appuyant notamment sur les musées. Sans être systématique, cette démarche peut être initiée à partir de quelques sites pilotes, où un musée automobile et un monument seraient partenaires pour une opération exemplaire par la qualité de sa scénographie et de son apport culturel.

- L'engouement actuel pour l'automobile ancienne justifient pleinement l'organisation d'un nouvel événement d'importance majeure. Celui ci devrait être conçu sous l'égide du Ministère de la Culture comme une véritable exposition scientifique tournée vers le plus grand public et illustrant, en privilégiant la notion de design, l'histoire de l'automobile sur le plan technologique, économique et social. Le Grand Palais, inscrit dans la mémoire collective comme lieu marqué par les Salons de l'automobile, est évidemment tout indiqué pour abriter sous sa nef cet événement qui devrait être exemplaire sur le plan muséographique et didactique, et qui entre dans le cadre des préconisations formulées dans le récent rapport de la mission interministérielle sur l'avenir du Grand Palais 2. Un partenariat avec le Mondial de l'Automobile serait envisageable. En effet, cette société est l'héritière de celle qui réalisa les premiers Salons de l'auto.

La protection du patrimoine
- Prospection systématique des fonds d'archives visant à leur sauvegarde et à leur collecte.

La création à Paris d'un centre d'histoire et d'interprétation de l'automobile
Ce que nous avons dit en introduction relativement à l'histoire et à l'actualité de l'automobile à Paris rend inexplicable l'absence dans la capitale française de toute structure permettant au public d'acquérir une compréhension du rôle de l'automobile dans notre société. Voilà pourquoi il nous semble primordial que soit créé dans un avenir proche, à Paris ou dans son immédiate proximité, un centre d'histoire et d'interprétation, dont les compétences concerneraient aussi bien les aspects patrimoniaux que l'actualité et le futur de l'automobile. Ce centre obéirait à une double fonction de lieu d'exposition régulièrement animé par des événements attirant le public le plus large et de centre de ressources documentaires.

Bien qu'aménagé afin d'accueillir des véhicules lors d'expositions temporaires, ainsi qu'une collection réduite en nombre faisant l'objet d'une présentation permanente et déroulant à partir de quelques exemples français une histoire de la locomotion moderne, cette structure n'aurait nullement pour vocation d'être un musée automobile de plus. Ainsi, la partie permanente de la présentation pourrait être aisément formée à partir de dépôts provenant de musées ou de collections privées.

Orienté vers le grand public par sa politique de production d'expositions temporaires faisant appel aux nouvelles technologies, ce centre serait le lieu privilégié pour l'organisation de conférences et de débats. Il serait également destiné aux chercheurs, sa mission principale sur le plan patrimonial consistant en la collecte et l'exploitation de fonds d'archives anciens ou contemporains, domaine dans lequel une mobilisation énergique peut encore produire des résultats substantiels. Une bibliothèque-vidéothèque ouverte au public permettrait la mise à disposition de ces fonds. Ce centre jouerait un rôle majeur dans l'information des collectionneurs en matière de réglementation patrimoniale. Il serait enfin un lieu de rencontre et de formation destiné aux différents acteurs de la vie professionnelle et associative liée à l'automobile. Sa mission consisterait en une aide à la compréhension du phénomène automobile à partir de la connaissance et de l'interprétation du patrimoine.


Auteur : Pascal Pannetier

Partager cet article

Repost 0
Published by P. Pannetier - dans Patrimoine
commenter cet article

commentaires