Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : blog pour la mémoire de l'autodrome
  • blog pour la mémoire de l'autodrome
  • : Sauvegarde de la mémoire de l'autodrome de Linas Montlhéry
  • Contact

Recherche

Texte libre

11 juillet 2007 3 11 /07 /juillet /2007 21:38

carteF.F.-photo-aero-sport-n32-vue-d-avion.jpgRaymond Jamin est l’ingénieur qui a dessiné les plans de l’Autodrome, et calculé sa forme, pour en faire la piste la plus rapide du monde.

Il est né à Paris en 1891. Il a été élève de l’Ecole des Arts et Métiers, promotion Lille 1906. Voici quelques infos sur son parcours, qui proviennent de l'annuaire de 1922 des anciens élèves des Ecoles d'Arts et Métiers : il a été ingénieur à la société française des pompes Worthington, ensuite à la société des ateliers d’aviation Louis Breguet. En 1922, il était rédacteur au journal l’Aéro Sport (qui appartient à M. Lamblin) au 14 place Clichy Paris XVIIIe. Il était cette année là domicilié au 87, rue de Dunkerque Paris IXe.

L'ingénieur Raymond JAMIN sera chargé par Alexandre Lamblin en 1924, du dessin de la piste de l’Autodrome, un mois seulement pour tracer les plans, 6 mois pour la construire. Il l’a conçu d'après des calculs logarithmiques, plusieurs milliers de points calculés.

Il s'agit d'un anneau de vitesse à virages relevés de 2,5 km, Cette piste se révélera la plus rapide du monde à son époque. Plus de 80% des records du monde de vitesse avant 1939 ont été réalisés sur cette piste. Un autre projet fut peut être étudié ?  il comprenait un anneau de vitesse d'une longueur de 3 ,333 km, qui aurrait  alors contenu un circuit routier, ou d'essais à l'intérieur, mais il n'a pas été retenu.

La piste est de forme ovale avec deux courtes lignes droites de 180 mètres. Dans les virages, elle possède un profil concave en forme de parabole cubique à axe vertical, avec un rayon de 250 m, l’ouverture de l’arc est de 112°. La projection horizontale sur la ligne médiane est de 2548,24 m. Le circuit a un profil en cuvette à inclinaison très prononcée pour les tronçons semi-circulaires : plus faible pente, 18%, plus forte, 117, 4% soi un angle de 49°30, cette pente était calculée pour une vitesse de 200km/h hors effets d’adhérence, dans la pratique celle-ci est de l’ordre de 240km/h. A l’époque la longueur était mesurée à la corde et faisait 2500 m et la largeur 18m et jusqu’à 21,20m dans les virages en raison de la pente, par la suite suivant les normes internationales, une autre ligne de repère a été utilisé qui donna 2 544 m .

C’est un des premiers anneaux dont la piste est en ciment. Cette piste a une structure très originale, c’est la première piste en ciment armé reposant sur une charpente en ciment, la piste elle même fait un dizaine de centimètres d'épaisseur seulement. L'ossature est une véritable carcasse en treillis se composant de 3300 poteaux de béton réunis par 8000 poutrelles et 7000 entretoises disposées transversalement, ce qui lui assure une structure optimisée au maximum et utilisant le moins de matériaux possible. La construction de la piste se fit sous forme de sous-ensembles moulés d'avance
(préfabriqués sur place), l'ouvrage était divisé en 12 chantiers indépendants regroupant 2500 ouvriers (d’autres sources parlent de 1500 seulement). On utilisa 1000 tonnes d'acier et environ 8000 m3 de béton produit par 6 bétonnières Campiston. La construction se fit en 2 grandes étapes :

1 - pose des poteaux et entretoises, scellés avec du ciment à
prise rapide haute résistance,

2 - pose du coffrage des poutres et poutrelles, coulées du béton, avec point d’ancrage des panneaux de coffrage du hourdis de la chape de la piste.

Voici quelques précisions sur la vie de Raymond Jamin
parues dans un article de Jean-Pierre Marie dans la Manche Libre en février 1981.

Il était marié à la fille du compositeur Paul Delmet, auteur de romances de la belle époque.  Il aurait proposé après l'autodrome de construire des routes dessinées par des mathématiciens, ces routes auraient eu une largeur de 10 à 12 m voire plus. Si ces routes sont bien faites «  on pourra rouler, écrit-il, sans danger et constamment à des vitesses atteignant 120 à 15 km/h . Malgré tout les conducteurs auront l'impression de ne pas allez vite, tout comme sur une piste bien réussie. »

En août 1981 Raymond Jamin est décédé à l’age de 90 ans en province, dans indifférence générale.

revue-la-nature-24-janvier-1925-Linas-p53-Photo2L-copie-3.jpg





































Livres dont l'auteur est Raymond Jamin :

Le moteur à explosions
par René Devillers; Raymond Jamin (les abaques)
Éditeur : Paris : Dunod, 1920.

La pratique des abaques,
par Raymond Jamin
Éditeur : Paris, Dunod, 1923. 

D'autres livres publiés en 1941 sont de lui ou d'un homonyme ?

Contribution au perfectionnement des souffleries aérodynamiques par Raymond Jamin;
Faculté des sciences
Éditeur : 1941.

Les diffuseurs courts à corps central,
par Raymond Jamin
Éditeur : Paris, E. Blondel La Rougery, 1941. 

Les souffleries aérodynamiques à succion sonique,
par Raymond Jamin
Éditeur : Paris, E. Blondel La Rougery, 1941. 

Calcul pratique des écoulements gazeux isentropiques à grandes vitesses, par Raymond Jamin 
Éditeur : Paris, E. Blondel La Rougery, 1941.






Partager cet article

Repost 0
Published by P. Pannetier - dans Histoire
commenter cet article

commentaires